Le Livre Blanc

C’est "Guerre et Paix" ?

  • noter cet article

jeudi 26 juin 2008, par veille

« La guerre ! C’est une chose trop grave pour la confier à des militaires. » disait Georges Clemenceau. Le grand homme qui fut très prolixe en citations aurait pu soutenir notre président de la République, monté au front avec son Livre Blanc en bandoulière. La nouvelle doctrine est arrivée. La voilà qui passe sous le feu de la presse, subit les embuscades des politiques, affronte les attaques des experts, et le silencieux des militaires.


Que la stratégie soit belle est un fait, mais n’oubliez pas de regarder le résultat. [Winston Churchill]

« Ce 17 juin, le Président de la République et chef des armées, monsieur Nicolas Sarkozy, a présenté à 3 500 militaires, policiers et civils des ministères de l’Intérieur et de la Défense réunis au parc des expositions de la porte de Versailles à Paris, la nouvelle stratégie de défense et de sécurité de la France pour les quinze années qui viennent. Cette politique détaillée dans le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale a été rendu public ce même jour. »

http://www.defense.gouv.fr/defense/articles/discours_du_president_de_la_republique_sur_la_strategie_de_defense_et_de_securite_de_la_France

La politique et la stratégie de la guerre ne sont qu’une perpétuelle concurrence entre le bon sens et l’erreur. (Charles de Gaulle)

Défense et sécurité nationale : un Livre blanc prévu pour 2008

« Instituée le 31 juillet 2007, la Commission du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale a été installée par le président de la République, Nicolas Sarkozy, le 23 août. Elle est présidée par Jean-Claude Mallet, conseiller d’État et ancien secrétaire général de la Défense nationale. Le secrétaire général de la Commission est Francis Delon, secrétaire général de la Défense nationale. La Commission préparera pour début 2008 un nouveau Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale qui succèdera à celui paru en 1994. »

http://www.sgdn.gouv.fr/article.php?id_article=56

Le livre Blanc …à l’encre sympathique ?

Le Livre Blanc est présenté dans son intégralité sur le portail du gouvernement. Les quotidiens et les hebdomadaires ont pour la plupart mis en relief, les grandes orientations préconisées pour les 15 ans à venir par le président de la République. L’accent est généralement mis sur ce difficile exercice qui consiste à rénover d’un côté et restreindre de l’autre : les exigences budgétaires sont-elles compatibles avec les équipements nécessaires pour maintenir le statut de grande puissance ? Voici quelques extraits publiés par le Point.

Le Budget

"Parallèlement, les effectifs du ministère de la Défense - environ 320.000 personnes aujourd’hui - seront réduits de 54.000 militaires et civils en six à sept ans, dont 46.500 pour les trois armées (terre, air et marine) et 7.500 pour la Délégation générale de l’armement (DGA) et les administrations. Les effectifs des armées seront ainsi ramenés dans le même laps de temps de 271.000 à 224.000 militaires et civils. L’armée de terre perdra 17% de ses effectifs, à 131.O00 personnes, l’aviation 24% à 50.000 et marine 11%, à 44.000. L’essentiel des réductions portera sur la logistique et le soutien, qui représentent 60% des effectifs contre seulement 40% pour les unités opérationnelles, précise l’Élysée, qui n’exclut pas de privatiser l’habillement et la restauration des armées.

Il est ainsi prévu que la France dispose d’une force opérationnelle terrestre de 88.000 hommes, dont 30.000 déployables sur des théâtres extérieurs en six mois pour un an."....

" Le Livre blanc prévoit notamment la création d’un nouveau Conseil de défense et de sécurité nationale présidé par le chef de l’État."....

Le renseignement

"Il tient compte de l’évolution des menaces, en particulier du risque terroriste sous toutes ses formes, y compris le cyberterrorisme, et de l’émergence de nouveaux acteurs en Asie. La dissuasion nucléaire demeure un fondement essentiel de la stratégie de défense française, même si sa composante aéroportée sera réduite d’un tiers, à 40 avions au lieu de 60.

Est préconisé le lancement de nouveaux programmes pour l’observation, l’écoute électronique, l’alerte avancée contre les menaces balistiques - ainsi que le développement des avions sans pilotes (drones) et des moyens de lutte informatique. Les crédits pour l’observation spatiale passeront à environ 700 millions d’euros par an (380 millions en 2008) et un Conseil national du renseignement présidé par le chef de l’État, épaulé par un coordonnateur, pilotera la politique du renseignement. Le Livre blanc, met également l’accent sur la capacité d’intervention extérieure."

Les points noirs

L’acquisition d’avions de combat Rafale et de frégates multi-missions FREM pourrait être étalée dans le temps, admet l’entourage de Nicolas Sarkozy. Le Livre blanc esquive la question de la construction d’un deuxième porte-avions, pour épauler le Charles-de-Gaulle. Le Livre blanc n’entre pas dans le détail des fermetures de bases et de casernes. » Nous verrons que ces fermetures constituent un petit séisme économique pour de nombreuses communes.

http://www.lepoint.fr/actualites/sarkozy-presente-la-nouvelle-politique-de-defense-de-la-france/1037/0/253600

Forum dégoupillé

« Pourquoi ne pas acheter un porte-avions américain ? »,

A découvrir sur le site Mer et Marine, la capacité d’adaptation de nos concitoyens à passer du poste de sélectionneur à celui d’expert en stratégie militaire….

« Dans le cadre de la réflexion sur l’évolution et les moyens des armées, les citoyens sont invités à donner leur avis sur les questions stratégiques et militaires. Le projet du second porte-avions (PA2), dont la commande est espérée à l’automne, suscite par exemple un intérêt certain.

« Pour répondre à l’exigence du partage des valeurs républicaines, au coeur de l’action du Gouvernement, le débat est plus que nécessaire : il est essentiel », indique le portail Internet du Premier ministre.

Seul problème, les internautes livrant leurs analyses ne sont pas toujours, et loin s’en faut, des spécialistes éclairés de la question : « Pourquoi la France n’achèterait-elle pas un deuxième porte-avions aux Américains bâti sur un modèle déjà existant ? Il y aurait de quoi faire de grosses économies sur le coût de conception, et la construction serait beaucoup plus rapide. », souligne ainsi un membre du forum (*).

« C’est n’importe quoi », affirme un responsable syndical

Toujours sur le même thème, on peut lire :« Les BPC (**) récents sont des navires merveilleux, rationnels, abordables budgétairement et projetables un peu partout. Un équipage de 150 personnes suffit (plus facile à trouver que le millier d’un PA). Certes il n’y a que des hélicos, et d’avions mais est-ce si indispensable ? Pourquoi ne pas utiliser des avions à décollage verticaux, anciens mais suffisant ? »

Si quelques remarques judicieuses, manifestement écrites par des personnes très au fait de ces questions, peuvent être lues sur le forum du gouvernement, un certain nombre de réactions sont donc assez surréalistes, pour ne pas dire fantaisistes. La mise en ligne du forum commence d’ailleurs à faire grincer des dents : « C’est vraiment n’importe quoi. On laisse des gens qui n’y connaissent rien parler de sujets extrêmement complexes .... », dénonce, exaspéré, un responsable syndical de DCNS, l’industriel chargé de construire les navires de la Marine.

Certains militaires profitent du forum sur le Livre Blanc pour dire tout le bien qu’ils pensent de leur hiérarchie : « La réflexion sur la capacité opérationnelle de nos forces, afin d’en connaître le niveau réel, mérite que soient entendus les véritables acteurs, c’est à dire des sous-officiers qui exploitent et réparent ces matériels dans des conditions souvent limites et arrivent néanmoins à remplir leur mission », lance un internaute se présentant comme un ancien sous-officier de l’Armée de l’Air. »

Le site Mer et marine est né de la rencontre de journalistes, de passionnés de la mer et d’une jeune structure de conseil, qui avaient toutes et tous la même envie, celle d’informer, au quotidien, sur la mer et les communautés humaines structurées autour.

Les Commentaires portent la marque de leur passion….

« (*) Le coût des porte-avions américains oscille entre 5 et 6 milliards de dollars, soit près du double du budget prévisionnel du PA2. Les délais de construction sont comparables, de l’ordre de cinq ans. Les bâtiments US n’offrent en revanche pas les mêmes capacités opérationnelles et les mêmes systèmes que ceux en service dans la marine. Ils sont par ailleurs trop gros pour les infrastructures portuaires de Brest et Toulon. Enfin, politiquement, il paraîtrait difficilement concevable que les Etats-Unis vendent à l’export ce type de matériel, doté d’une propulsion nucléaire de fabrication américaine.

(**) BPC : Il s’agit des Bâtiments de Projection et de Commandement. Ces navires amphibies, construits aux normes civiles, sont des navires de transport et non des bâtiments de combat amenés à évoluer en première ligne dans un environnement dangereux. Capables d’embarquer des chalands de débarquement, des véhicules, des troupes et des hélicoptères, ils n’ont pas été conçus pour accueillir des avions à décollage vertical (la structure du pont d’envol n’est, notamment, pas renforcée). »

http://www.meretmarine.com/article.cfm?id=105391

Caraïbes…..Live and let die

« Alors que le Livre blanc sur la Défense doit être présenté le 17 juin prochain, il apparaît clairement qu’une de ses conclusions sera de réduire de moitié la présence des forces armées Outre-Mer. Ainsi, une part significative des effectifs militaires de Guadeloupe et de Martinique serait-elle amenée à être positionnée en Guyane.

Victorin Lurel, député de la Guadeloupe, de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy, estime que réduire le format des armées aux Antilles et la taille des unités qui y sont positionnées est contraire à l’intérêt général de ces régions. Après les annonces faites récemment de réduction des effectifs de la fonction publique, de l’éducation nationale et de Météo France, sans oublier les réformes de la carte judiciaire et des dispositifs de défiscalisation, le député souligne le caractère cumulatif et récessif de ces mesures qui « sinistreront encore davantage les économies ultramarines ». Victorin Lurel demande donc au gouvernement de « réévaluer sérieusement toutes ces mesures afin de maintenir dans l’Outre-mer en général, et en Guadeloupe en particulier, une fonction publique en mesure de répondre aux grands besoins de ces territoires ».

Mardi 10 juin 2008 DOMactu.com Articlé publié par Albert Philippe http://www.domactu.com/actualite/8610871408755/guadeloupe-livre-blanc-sur-la-defense-inquietudes-en-gpe/

PA2.….Coulé

Si vous souhaitez avoir une idée précise des conséquences du livre blanc , dans le domaine naval, amarrez - vous sur le portail de sous -marins. Le délicat dossier du PA2 est examiné de bâbord à tribord, de la poupe à la proue.

La propulsion classique en cause ?

« Comme on pouvait également s’y attendre, le choix de la propulsion classique, et non nucléaire, s’inviterait opportunément dans le débat pour justifier le report. Si, jusqu’à 200 dollars le baril, la propulsion classique resterait rentable, l’augmentation progressive du prix du pétrole inciterait donc les plus hautes autorités de l’État à s’interroger sur la pertinence du mode de propulsion retenu pour le PA2. « Des études complémentaires sont aujourd’hui nécessaires pour apprécier le bilan des options classiques et nucléaires ».

De plus, si l’option nucléaire doit revenir au goût du jour, c’est toute l’architecture du porte-avions qu’il faudra revoir. Depuis 2006 et l’accord de coopération signé avec la Grande-Bretagne, DCNS et Aker Yards travaillent, en effet, sur une adaptation du design du CVF (Carrier Vessel Future) de la Royal Navy aux besoins de la Marine nationale (CVF-FR). Or, si le mode de propulsion est radicalement changé, ce design deviendra caduc, le CVF étant optimisé pour une propulsion classique. Il faudra donc relancer d’importantes études sur une base très différente, ce qui nécessitera du temps et de l’argent. »

Les pistes étudiées pour compenser l’absence du PA2

« La France pourrait s’appuyer sur les porte-avions anglais lorsque le Charles de Gaulle est en arrêt technique et, dans le même temps, proposer des moyens d’escorte ou de soutien à la Royal Navy. Sur le papier, cette solution semble très tentante et marquée du sceau du bon sens. Elle se heurte néanmoins au fait qu’un porte-avions, à l’instar d’un sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE), est l’outil d’une politique. …. En cas de désaccord sur la nécessité d’intervenir dans un conflit, comme cela s’est vu en 2003 avec l’Irak, que se passerait-il ? « Tant qu’il n’y aura pas d’exécutif européen, il n’y aura pas de feu européen », résume un officier.

Missiles de croisière et points d’appui à l’étranger

Pour tenter de compenser le report du second porte-avions, l’accent devrait être mis sur la capacité de frappe en profondeur offerte par le missile de croisière Scalp Naval. Embarqué sur frégates multi-missions (FREMM) et sous-marins nucléaires d’attaque du type Barracuda, cet armement permettra d’atteindre des cibles terrestres à 1000 kilomètres. S’il constituera un nouvel outil très appréciable dans la palette des options militaires offerte par les armées, le Scalp Naval ne pourra, néanmoins, égaler les performances du porte-avions. Les flottilles du Charles de Gaulle peuvent, en effet, intervenir à près de 1500 kilomètres du navire, allonge à laquelle il faut ajouter la portée des nouveaux armements, comme le Scalp EG (400 kilomètres). Pour reprendre les propos de Michel Rocard, ancien premier ministre s’étant exprimé sur le sujet dans les colonnes du Figaro : « les bases terrestres à l’étranger on finit par les perdre, on peut en être chassé, on peut être empêché de les employer comme on le veut... Les bases flottantes, elles, demeurent ».

Source : le Portail des Sous - Marins Publié le 16 juin 2008, http://www.corlobe.tk/

Dommages Collatéraux ?

Si l’inquiétude est vide dans les rangs de la Grande Muette, elle est encore plus perceptible dans les villes dites de garnison . Là où le régiment s’est intégré au tissus économique et social : du petit commerce de proximité à la classe de cm1, c’est tout un équilibre qui est menacé… Les villes de Briançon et Provins, respectivement marquées par la présence des Chasseurs Alpins et des Hussards sont des exemples parmi d’autres. Toutefois la page web de FR3 Lorraine -Champagne -Ardennes , a choisi d’expliquer par le détail la vocation de chacun des régiments qui seraient amenés à quitter la région. Un article très documenté….

Plusieurs régiments pourraient disparaître d’ici à 2013 en Lorraine Champagne Ardenne

"Parmi les sites menacés, le 3ème Régiment d’Hélicoptères de Combat (3ème RHC) d’Étain, dans la Meuse, le 57ème Régiment d’Artillerie (57ème RA) de Bitche, en Moselle et le 3ème Régiment du Génie (3ème RG) de Charleville Mézières.

Le 3ème Régiment d’Hélicoptères de Combat d’Étain

Le 3ème RHC a pour vocation le combat nocturne. Ses appareils sont équipés du système "Viviane" (caméra thermique) qui permet une visée et des tirs de nuit.

Il compte une cinquantaine d’hélicoptères : quarante Gazelle (hélicoptères de combat), le reste de Puma (transport logistique). 1071 personnels sont stationnés sur la base.

Toujours maintenus en alerte opérationnelle, les militaires du régiment sont appelés à intervenir dans le cadre d’opérations extérieures (Kosovo, Djibouti) et sont soumis actuellement à l’alerte "Guépard", qui permet d’envoyer une unité opérationnelle en des délais très restreints (48 h à 72 h maximum) sur un lieu nécessitant leur intervention, comme ce fut le cas lors du Tsunami en Indonésie (2005) ou au Liban (2006).

Le 57ème Régiment d’Artillerie de Bitche (57)

Les unités du 57e RA défendent contre des attaques provenant de la troisième dimension (avions, hélicoptères, drones) les zones d’engagement des unités interarmes, les sites vulnérables, les unités elles-mêmes qu’elles soient en stationnement ou en mouvement. Le 57e RA comprend cinq batteries de tir : Quatre batteries AMX 30 ROLAND à deux sections, une batterie MISTRAL parachutiste à 4 sections, une batterie des opérations chargée de la mise en oeuvre des PC de groupement et du système MARTHA, une batterie de commandement et de logistique chargée de fournir le soutien aux unités engagées, elle est renforcée d’un détachement du 6ème RMAT implanté en permanence au quartier Pagezy, une batterie d’administration et de soutien, une unité de réserve. Ses effectifs : 74 officiers, 390 sous-officiers et 700 militaires du rang engagés volontaires, 120 personnels civils et 110 réservistes. (source : Armée de Terre).

Le 3ème Régiment de Génie de Charleville (08)

Le 3e régiment du génie a pour missions principales :

-l’appui direct qui regroupe les missions d’appui à la mobilité tactique, d’appui à la contre-mobilité, d’appui au combat et d’aide au déploiement d’urgence -l’appui général qui regroupe toutes les autres missions du génie visant à faciliter la projection et le retrait d’une force, à préserver sa liberté d’action et sa capacité opérationnelle, ainsi qu’à remplir certaines autres conditions du succès -les ressources en eau et électricité -les zones susceptibles d’être polluées ou contaminées, etc..."

http://lorraine-champagne-ardenne.france3.fr/info/39550088-fr.php

On achète au son du Canon on vend au son du Clairon…

Entreprises de défense : Que craindre du nouveau Livre Blanc de la Défense ?

Le volet économique d’un tel livre doit être pris en compte sous tous ses aspects. Quelles perspectives pour les entreprises (y compris les sous-traitants) liés à la défense ? La Lettre d’Informations Stratégiques et de Défense tire la sonnette d’alarme :

« Quelles conséquences vont avoir, pour les entreprises de Défense, la parution d’un nouveau Livre Blanc ? La vision du chef de l’État sur ce sujet, avec un rapprochement des notions de sécurité et Défense, peut faire redouter aux industriels la disparition d’une partie des grands programmes, qui offraient une vraie visibilité s’étalant parfois sur plus de trente ans ! Déjà, les analystes, craignant des mauvaises nouvelles ont déjà dégradé leur appréciation sur certaines valeurs de la défense, notamment Thales, qui est passée à une recommandation conserver contre acheter auparavant »

http://www.ttu.fr/francais/Analyses/entreprisedefens.html

Et maintenant les Corsaires A l’abordage !!!

« PARIS - Un groupe d’officiers généraux et supérieurs critiquent jeudi le Livre blanc de la défense qui "souffre d’une quadruple incohérence", relevant "une imposture" et des mesures "gadgets".

Dans une tribune publiée dans "Le Figaro", ce groupe anonyme d’officiers supérieurs et généraux des trois armées (Terre, Air, Mer), baptisé "Surcouf", juge que "le modèle d’analyse présenté par le Livre blanc est à notre sens déficient et, davantage, marqué par un certain amateurisme. "L’Europe en général et la France en particulier diminuent leur effort de défense au moment même où chacun les augmente, soulignent-ils. "Au moins devrait-elle donner lieu à une analyse ’priorisante’ des arbitrages, entre la défense et les autres budgets, et à l’intérieur du budget de la défense". "Le Livre blanc n’en fournit pas l’armature conceptuelle puisqu’au titre des menaces, il retient à la fois l’attentat terroriste, la guerre haute densité, le désordre dans le Tiers-monde et la pandémie grippale". Autre incohérence, celle touchant à l’"évaluation de la conflictualité". "La nouvelle orientation en faveur du satellitaire ou de la création d’un ’commandement interarmées de l’espace’ font figure de gadgets, lorsqu’on connaît les besoins réels et actuels des armées". "Les ’avancées’ qu’il (le Livre blanc) présente (satellites, etc.) ressemblent à des lubies parce qu’elles ne sont pas sérieusement argumentées en termes d’arbitrage (alors que l’on voit les intérêts industriels qu’elles servent)", déplorent-ils. "Nous voulons simplement souligner qu’une grande dépense d’énergie intellectuelle a simplement abouti à une réduction homothétique du format des armées", préviennent-ils. "Au mieux, nous serons mieux renseignés, mais nous pourrons moins agir". Source AP

Nous laisserons à ceux qui ont été confrontés indirectement à nos services secrets, les Neo-Zélandais, le soin de clore le défilé…

« In terms of military strategy in general, the document stresses France’s already flagged desire to participate more fully in NATO structures as a way to win support for deeper EU defence cooperation.

But it insists that France, which withdrew its forces from NATO command in 1966, must keep control of its nuclear arsenal and will not relinquish command of its own forces.

In geographical terms, sensitive regions such as the eastern and western coasts of Africa, where France already maintains a significant military presence will remain priorities, while Asia is likely to become more important. »

Traduction : on s’investit davantage dans l’OTAN pour la défense de l’Europe, mais on garde le contrôle de son arsenal nucléaire et on ne renonce pas au commandement de ses propres forces. La présence en Afrique demeure significative même si l’Asie pourrait prendre plus d’importance au niveau stratégique, dans le futur.

Le "Aka" n’a pas encore été proposé pour impressionner nos éventuels ennemis.

http://tvnz.co.nz/view/page/1852087

Une dernière salve pour le plaisir ....

Un beau livre, c’est celui qui sème à foison les points d’interrogation. [Jean Cocteau]

Si l’on n’imprimait que l’utile, il y aurait cent fois moins de livres. [Voltaire]

E.T.